vendredi 14 octobre 2016

L'incipit d'un roman et son importance


Après la quatrième de couverture, l'incipit est la première chose que l'on découvre du texte. Et comme toute entrée, il faut soigner cette partie du roman.

Retour sur l'importance de l'incipit !


Vous avez demandé une définition ?


Bien entendu, vous pouvez passer cette partie si vous le souhaitez, mais ça serait quand même super dommage, non ?

Avant toute chose, il importe de définir le terme. À l'origine était le néant le manuscrit médiéval rédigé en latin. Vous savez, ces bons gros volumes en cuir lourds comme l'humour d'un animateur télé. Et avant le début du texte à proprement parler se trouvait la mention incipit liber, "ici commence le livre". Donc, on peut déduire qu'un incipit représente les premiers mots d'un livre.

Afficher l'image d'origine
Comme CE livre, oui.

Une question de style...

Puisque la quatrième de couverture ne compte pas (c'est mon article, je fais ce que je veux), on peut dire qu'il s'agit véritablement du premier contact du lecteur avec le texte. Alors autant que celui-ci soit génialissime, qu'il fasse date dans sa mémoire, non ?

C'est que c'est une chose risquée que cette première bonne impression... À mon humble avis, le lecteur est conditionné dès le début de sa lecture par ces premières lignes et façonnera certaines attentes à partir de celles-ci. Et puis si en plus elle peut devenir un classique et marquer les mémoires... Chaque lecteur a au moins en tête un incipit qui lui est cher. Pour moi...

  • "Dans un trou, vivait un Hobbit..."
  • "Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas."
Ce sont les miens hein... Vous en avez sans doute d'autres ! :)

À mon sens, l'incipit est l'endroit où l'écriture doit se montrer la plus en adéquation avec le reste de l'histoire. En un mot, elle ne doit pas déparer du reste, dans un sens ou dans l'autre.
S'il se montre trop faible avec un rythme trop traînant ou lent, le livre tombera des mains du lecteur à coup sûr.
Et si au contraire il dézingue dès la première phrase et que c'est le calme plat, c'est tout aussi fâcheux. L'effet pétard mouillé, vous connaissez ?

Afficher l'image d'origine
Cet effet-là.


... et de contenu aussi !

Parce qu'il n'y a pas que l'apparence qui compte (vous achèteriez un livre juste pour sa couverture vous ?), le contenu doit suivre. Et avoir un lien avec l'intrigue générale. Anton Tchekov disait que dans une pièce de théâtre, il ne fallait pas montrer un fusil si on n'avait pas l'intention de s'en servir. C'est pareil dans un roman. Rien de pire que les fausses pistes volontairement alléchantes mais qui se terminent en cul-de-sac. Et ça vaut aussi pour l'incipit.

L'action peut intriguer le lecteur, lui dévoiler l'un des mécanismes de l'intrigue, peut raconter un événement ayant eu un impact sur le background général de l'histoire et qui s'est déroulé à une période antérieure à l'action... Il y a largement assez de possibilités pour insérer quelque chose de totalement factice, du genre de l'état de santé du canari au fond de la dernière mine encore en activité dans un quelconque royaume nordique.

Et vous, avez-vous quelques incipit qui vous sont restés en mémoire ? Dites-moi tout en commentaire !

1 commentaire:

  1. Article très intéressant ! Tu as raison : les premières lignes d'un roman sont très importantes ! Là, il n'y a rien qui me vienne à l'esprit...

    RépondreSupprimer

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)