mercredi 13 avril 2016

Chroniques d'un rêve enclavé


"On ne bâtit rien sur le désespoir, fors la haine, mais avec la colère et l'usure des souffrances qui se répètent, avec la faim et la peur du lendemain, avec nos seuls coudes serrés pour nous tenir chaud, et nos larmes en écho, et nos rires enfuis, un jour, avec juste ça, entre hommes et femmes, nous n'aurons plus besoin que d'un rêve pour nous éveiller."

Dans cette cité médiévale où règnent recruteurs, faiseurs de dîme et de gabelle, les poètes meurent, les rêveurs aussi. Les rêves, eux, ne demandent qu'à voyager. 

Parleur, vagabond visionnaire, parviendra-t-il à leur faire franchir les murs de la Colline ?



# Comment ce livre m'est-il tombé entre les mains ?


Les éditions Le livre de Poche m'ont fait l'honneur de choisir mon blog pour un partenariat. J'ai donc pu sélectionner ce titre parmi quelques autres. Je ne connaissais Ayerdhal que de nom et je n'ai donc pas pu découvrir ses textes de son vivant... Ce que je regrette après avoir lu Chroniques d'un rêve enclavé.

# De l'imaginaire engagé

Bien entendu, que c'est possible ! Chroniques d'un rêve enclavé est l'histoire d'un idéal, d'un rêve de liberté et de libre-arbitre dans un monde régi par un système féodal fort et répressif. Un monde dans lequel une poignée de personnages hauts en couleur ont décidé malgré tout de prendre leur vie et leur destin en main et mènent une résistance à leur manière. 

Ayerdhal ne se propose pas uniquement d'effleurer un sujet sans approfondir sa position comme peuvent le faire d'autres auteurs. Au contraire. Ici, les personnages s'engagent dans un processus irréversible et mettent en jeu bien plus que leurs simples idéaux

Se dégage de ce texte une grande réflexion à propos du droit inhérent (dans notre propre société en tout cas) de l'Homme à disposer de lui-même sans être asservi d'aucune manière. Ce qui peut nous sembler comme allant de soi dans notre démocratie ne l'a pas toujours été et ne l'est pas dans d'autres pays du globeEt par extension, je pense que ce texte fait relativiser sur les défauts de notre système politique.

Dans ce texte, chaque personne disposant d'un peu de pouvoir ne peut s'empêcher de l'utiliser pour favoriser les siens, même de manière totalement inconsciente. Dans toute décision, qu'elle soit politique ou non, on peut donc se demander ce qui anime inconsciemment la personne qui en est à l'origine. Par l'intermédiaire de Parleur,  Ayerdhal nous offre une paire de lunette des plus importantes, celle qui nous permet de voir à travers les grands discours pour débusquer son sens caché.

L'intrigue s'articule autour de l'évolution de cette réflexion. Je vous l'assure, elle tient en haleine tellement, partagés entre l'espoir et le pessimisme. Curieux partage je vous l'avoue, mais au final pas si étrange que ça : l'espoir de voir les plans de la Colline aboutir à une vie meilleure et le pessimisme de connaître le genre humain qui fait redouter la fin de l'histoire. Rassurez-vous, je ne vous dévoilerai rien de celle-ci !

L'écriture est vraiment bien maîtrisée. De la première à la dernière page, chaque mot est savamment dosé, le texte fluide et l'ambiance se prête à la réflexion, même au plus fort de l'action. Fluide... jusqu'aux dernière pages où tout explose. Ce bouquet final, bien construit, m'a tout de même secouée par sa brutalité et sa violence. Ce n'est qu'avec un peu de recul que j'ai eu l'occasion d'apprécier toute la beauté de ce final.

Un mot enfin sur les personnages. Ceux-ci sont nombreux et ont des rôles variés à jouer dans l'histoire. Nous les voyons à travers le regard, décillé il est vrai de la sœur d'un poète rebelle assassiné par le pouvoir en place. Les descriptions physiques ne sont pas légion dans ce texte, ce qui laisse plus de place aux idées que les protagonistes véhicules, le point fort du texte. Leur dessin psychologique est très fin et vraiment bien travaillé. Ils semblent vraiment humains dans leurs faiblesses et leurs moments de force.
Ayerdhal propose quelques archétypes judicieusement choisis, de ceux sont actes et paroles ont une portée immense, du genre qui dépasse le simple cadre du texte. Et ça, c'est fort.

# En Bref

Oui, j'ai apprécié Chroniques d'un rêve enclavé. D'abord parce que l'histoire est captivante. Ensuite, parce que la réflexion qui s'en dégage retient l'esprit longtemps après que le livre est refermé. Et enfin, parce que le texte et la plume de l'auteur sont vraiment bons !

Lisez-le !

Chroniques d'un rêve enclavé.- Ayerdhal.- Ed. Le Livre de Poche.

2 commentaires:

  1. J'ai aussi été en même temps très heureuse de découvrir sa plume en lisant ce livre, et en même temps déçue de ne pas l'avoir fait du vivant de l'auteur. Je lirai certainement d'autres de ses œuvres. Le côté "fiction engagée" me plaît beaucoup.

    RépondreSupprimer

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)