jeudi 3 mars 2016

Le Gardien de la Source


« Puis elle le vit. L’individu qui l’observait se tenait en retrait, à l’opposé de la pièce. Il ne cherchait pas à se fondre dans l’assemblée des gens bien nés. D’ailleurs, ceux-ci l’évitaient. C’était presque imperceptible, mais le flot des civilités s’écartait de lui dans une valse consommée. »
En cet été 1814, Marie-Constance de Varages, marquise du bourg d’Allemagne, et son héritière, Anne-Hélène, sont conviées au bal du comte de Forcalquier. Si une telle invitation ne se refuse pas, la marquise est inquiète. Quelques mois auparavant, sa fille a souffert d’un mal funeste et été sauvée in extremis. Depuis, elle n’est plus tout à fait la même…
Quelle est donc cette ombre qui plane sur Anne-Hélène ? 


Et pourquoi le mystérieux Lazare, baron d’Oppedette, semble-t-il soudain subjugué par la jeune débutante ?




#Comment ce livre m'est-il tombé entre les mains ?

Pas du tout par hasard, c'est sûr. Je lis Vanessa Terral et ses écrits depuis plusieurs années avec son premier roman, l'Aube de la guerrière. Il faut dire que quand on croise un bon auteur, on ne le laisse pas de côté. Et Vanessa Terral, avec ses récits atypiques, fait partie du lot. J'ai donc attendu avec beaucoup d'impatience la sortie du Gardien de la Source et je l'ai acheté dès sa sortie.


#Un mélange des genres

C'est l'expression qui, je crois, colle le mieux à ce texte. J'ai eu un immense plaisir à (re)découvrir la talentueuse plume de Vanessa Terral et sa maîtrise sans faille. L'effroi côtoie les périodes plus légères avec le même naturel que les parenthèses lyriques sans mièvrerie. C'est donc avec une grande facilité qu'on passe d'un genre à l'autre pour une lecture surprenante et extrêmement riche sur le plan littéraire.

L'histoire se base sur un épisode au final peu connu de la mythologie grecque : l'enlèvement de Perséphone par Hadès. Mais il n'y a pas que ça, sinon ça serait trop facile. Ou pas hein, ce n'est pas vraiment le genre d'inspiration qu'on trouve dans tous les romans.
Mais je n'ai pas pu m'empêcher de repérer aussi une forte influence Austénienne dans la relation entre Anne-Hélène et Lazare. Cela ne m'étonnerait pas du tout qu'il y ait derrière cette relation une inspiration d'Elizabeth et Darcy dans Pride and Prejudice. Lisez-le et vous verrez !

Parce que rien n'est parfait, j'ai tout de même senti quelques longueurs dans ce texte concernant les relations des protagonistes. Rien de bien grave je vous rassure. Mais les changements incessants dans les relations et les va-et-vient (en tout bien tout honneur attention) entre affection et haine sont à la longue un peu lassants. Mais peut-être est-ce parce que je ne suis plus habituée à ce style...

Dans tous les cas, l'intrigue est parfaitement maîtrisée. l'évolution sait prendre son temps et le mystère se dévoile petit à petit en laissant toutefois une petite partie caché. Histoire de laisser le lecteur rêver encore un peu. L'histoire est pleine de rebondissements qui forment un ensemble et une lecture très agréable. Sans compter la présence du genre fantastique qui pose un voile de mystère pile comme on aime !

Les personnages sont psychologiquement très travaillés. Les relations sont, je l'ai dit, un peu énervantes dans leurs retours en arrière, mais ô combien ciselés. Néanmoins, le récit s'inscrivant dans une durée plutôt longue autorise l'évolution et la maturité des personnages. Les ellipses sont habilement placées et évitent toutefois au récit de s'alourdir.



#En Bref


Le Gardien de la Source est une très bonne histoire. Il me serait difficile de vous en dire plus sans vous spoiler, ce que je ne compte pas faire. Le récit est bien construit, les rebondissements aux bons endroits. Lisez-le et vous passerez un très bon moment !

Vanessa Terral.- Le Gardien de la Source.- Ed. Pygmalion

2 commentaires:

  1. Il est dans ma PAL depuis quelques semaines déjà, tu viens de me convaincre de le hisser sur le haut de la pile :-)

    RépondreSupprimer

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)