mercredi 17 février 2016

Justice est faite

 

Pour un juge londonien de premier plan, un assassin est un homme comme les autres et, quelque soit l'atrocité de ses crimes, il faut songer à le réinsérer dans la société.
Malheureusement pour lui, quelqu'un n'est pas de son avis et considère qu'il est temps de mettre un terme à la carrière de ce magistrat.
Sa brutale disparition risquant de provoquer de sérieuses perturbations, qui d'autre que l'inspecteur Higgins pourrait éteindre l'incendie ?

Mais découvrir son auteur ne sera pas aussi facile que prévu.

  

#Comment ce livre m'est-il tombé entre les mains ?

Peut-être l'avez-vous remarqué, mais le policier n'est pas vraiment mon genre littéraire de prédilection. Néanmoins, je pense savoir apprécier un bon polar lorsque j'en lis un. J'ai croisé Justice est faite lors d'une Masse Critique Babelio. J'ai sélectionné ce titre (qui à l'origine était un autre livre, mais une erreur s'est glissée dans le site) car l'auteur ne m'est pas inconnu, bien au contraire. J'ai lu pratiquement tous les romans de Christian Jacq qui se déroulent dans l'Égypte antique. Je suis donc entrée dans cette histoire les yeux fermés.

#Un polar dans la plus pure des traditions

Et c'est peu dire ! Justice est faite reprend tous les codes du genre policier classique, dans le sens littéraire du terme. Tout est calculé et la mécanique est huilée avec précision. Aucun faux pas dans le rythme : la construction de l'histoire est faite de manière à ce que l'intrigue rebondisse au bon moment. La lecture est un enchaînement plus ou moins régulier climax - de tension dans l'enquête - et de piétinements de la part des policiers.

L'enquête que l'on suit est digne de celles menées par Hercule Poirot : un meurtrier mystérieux, des suspects remplis d'alibis pour le crime. L'intrigue est un réel plaisir à découvrir et relativement facile à suivre malgré la multiplicité des suspects.. L'auteur a relevé le défi de faire monter doucement la tension et a soigneusement mené le récit à son terme sans que celui-ci ne s’essouffle. C'est assurément une histoire de qualité que nous propose Christian Jacq, un récit bien mené.

Au-delà de l'affaire criminelle, l'auteur nous propose également une petite réflexion au final très intéressante sur la nature humaine. L'Homme peut-il perdre son humanité ? Je vous rassure : les personnages ne passent pas leur temps à se poser cette question, mais celle-ci est sous-entendue dans l'ensemble du texte et donne vraiment à réfléchir. Il serait même très intéressant de relire le texte à la lumière de cette interprétation.

Que serait une histoire sans ses personnages ? Commençons avec le protagoniste, l'ex-inspecteur Higgins. Il a tout d'un héros littéraire récurrent : l'esprit d'analyse, d'observation et de déduction, un je-ne-sais-quoi de magie dans sa personnalité qui lui fait entrevoir la Vérité sur l'affaire et sur la nature humaine. Et surtout, ce calme olympien qui cache une volonté de fer et une intelligence acérée. Les autres personnages sont eux aussi très bien construits et témoignent d'une attention particulière concernant l'aspect de leur culpabilité. Ils possèdent au final un caractère très crédible car vraiment humain. Et la capacité d'énerver à travers les pages. Il y a toujours un personnage qu'on ne peut pas supporter. Pour moi, ça a été Junior, un journaliste freelance. C'est d'ailleurs le seul qui m'a paru superficiel dans sa construction. On ne peut pas être parfait !

La plume de Christian Jacq, je l'ai dit, est un véritable plaisir à lire. Efficace et directe, elle sait maintenir un certain équilibre entre narration, descriptions et dialogues. Une touche de poésie vient enluminer le tout pour un grand plaisir de lecture. Du roman "historique" au polar, Christian Jacq est un véritable caméléon talentueux de l'écriture. Seul petit bémol, car rien ni personne n'est parfait, l'auteur possède un tic d'écriture : la personnification de la voiture. À plusieurs reprises, j'ai été agacée par cet élément. Mais rien qui ait pu gâcher ma lecture en tout cas.

#En Bref

 Justice est faite est un très bon roman policier. Moi qui apprécies plutôt les classiques dans ce genre littéraire, je n'ai pas été déçue. Le protagoniste est attachant et digne des plus grands héros de polar. L'écriture de Christian Jacq m'a ramenée dans ma folle jeunesse où je dévorais ses romans sur l'Égypte antique... Et l'intrigue est très intéressante et le récit bien construit.
Une valeur sûre pour se lancer dans la littérature policière !

#Pour aller plus loin

Je ne peux que vous conseiller les autres romans de cet auteur. Si vous aimez l'Egypte antique, ils seront votre paradis. Je ne saurais pas vous en conseiller un en particulier, mais vous pouvez y aller les yeux fermés !

Justice est faite.- Christian Jacq.- J éditions.- Disponible

1 commentaire:

  1. Je ne connaissais pas Christian Jacq dans ce registre mais ta chronique donne vraiment envie

    RépondreSupprimer

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)