mercredi 24 février 2016

IL est de retour

Couverture Il est de retour

A Berlin, en 2011. Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n'est pas content : quoi, plus personne ne fait le salut nazi ? L'Allemagne ne rayonne plus sur l'Europe ? Tous ces Turcs qui ont pignon sur rue sont venus de leur plein gré ? Et, surtout, c'est une FEMME qui dirige le pays ? Il est temps d'agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour ça, il lui faut une tribune. Ca tombe bien, une équipe de télé, par l'odeur du bon filon alléchée, est toute prête à la lui fournir. La machine médiatique s'emballe et bientôt, le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise... Hitler est ravi qui n'en demandait pas tant. Il le sent, le pays est prêt. 

Reste pour lui à porter l'estocade qui lui permettra d'accomplir enfin ce qu'il n'avait pu achever...



#Comment ce livre est-il tombé entre mes mains ?

Un peu par hasard, comme beaucoup de titres en fait. J'ai été attirée par cette couverture. Il faut dire que l'idée du graphiste est juste géniale. Aussi peu de mot qui en disent autant grâce à la mise en page de la couverture.
Bref. Hitler qui revient à la vie au XXIe siècle est une thématique intéressante et j'ai profité de sa sortie en format poche pour craquer et le lire.

#Un récit glaçant

On le sait maintenant, Hitler possédait apparemment un grand charisme. Il savait manier les mots pour faire avaler n'importe quelle couleuvre au peuple qui ne pouvait qu’acquiescer devant autant de bon sens. Et il réussit à nouveau cet exploit dans sa seconde vie... en utilisant les moyens de communication moderne.
Et cet ancrage dans une époque contemporaine est d'autant plus important que cela montre l'impact que pourra(it) avoir un tel orateur dans une société comme la nôtre. Sans trop spoiler, ça se passe ainsi : les allemands apprennent à refaire confiance à Adolf Hitler, malgré le passé, malgré les horreurs commises par le régime nazi. Et cette réalité, certes alternative, glace le sang.

C'est la réflexion qui se dégage de ce "Et si Hitler revenait et usait des médias traditionnels pour asseoir à nouveau son pouvoir" qui est tellement intéressante. L'histoire questionne également sur le rôle qu'ont les médias dans la diffusion de l'information et des idées des personnes politiques. À quel point est-on manipulé par la télévision, les journaux, la radio et même internet ?

J'ai souvent été frustrée en lisant ce texte : comment font les personnages qui côtoient Hitler pour ne pas voir la dangerosité de son discours ? J'avais envie de leur mettre de grandes claques à tour de bras tant j'étais effarée par leur passivité. Clairement, ce n'est pas un texte qui pousse à aimer le genre humain. On retrouve de nombreuses catégories de personnes : les hypocrites prêts à tout pour gagner une once de pouvoir, ceux qui adhèrent corps et âme au point de vue d'Hitler par conviction et ceux qui laissent faire pour diverses raisons (cupidité, flemmardise...). Et cette capacité à oublier le passé et ses horreurs... Pas très optimiste tout ça.

Après, dire que je n'ai pas rit en lisant ces lignes serait faux. Timur Vermes sait faire preuve d'un humour noir foncé tellement il est grinçant. La froideur du ton et le décalage avec le rocambolesque des situations est pour moi le principal atout de ce texte.

La plume de l'auteur est plutôt classique. Mis à part ce ton très mordant qui me plaît, la plume est de bonne facture, mais sans plus. Timur Vermes revient trop souvent sur les capacités d'analyse froide et implacable d'Hitler. À tel point que s'en est presque dérangeant. Vraiment. C'est d'ailleurs la principale faiblesse de ce texte.

#En Bref

J'ai apprécié ce texte pour la profondeur de sa réflexion. Certes, il ne rend pas vraiment philanthrope, mais il apporte une critique sur les discours actuels que l'on entend de plus en plus souvent. Notamment la xénophobie (l'hostilité envers les étrangers pour ceux qui dorment au fond) qui semble être la cause de tous les maux pour certaines personnes. L'humour de l'auteur de ce texte m'a également beaucoup plu. Si je vous le conseille ? Pourquoi pas !

Il est de retour.- Timur Vermes.- Ed. 10/18.- Disponible

2 commentaires:

  1. Déjà que ce livre me fait de l'oeil depuis un petit temps, mais ta critique me donne encore plus envie de le lire !

    RépondreSupprimer
  2. Donc, il n'y a plus qu'une chose à faire. :D

    RépondreSupprimer

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)