mercredi 27 janvier 2016

L’Évangile cannibale


Couverture L'Evangile Cannibale

Aux Mûriers, l’ennui tue tout aussi sûrement que la vieillesse. Matt Cirois, 90 ans et des poussières, passe le temps qu’il lui reste à jouer les gâteux. Tout aurait pu continuer ainsi si Maglia, la doyenne de la maison de retraite, n’avait vu en rêve le fléau s’abattre sur le monde. Et quand, après quarante jours et quarante nuits de réclusion, les pensionnaires retrouvent la lumière et entrent en chaises roulantes dans un Paris dévasté, c’est pour s’apercevoir qu’ils sont devenus les proies de créatures encore moins vivantes qu’eux. 

Que la chasse commence...

#Comment je me suis retrouvée avec ce livre

Un peu par hasard je dois dire. Comme beaucoup de titres que j'ai bien aimé d'ailleurs ! Je suis venue en librairie, il n'y avait pas le livre que je convoitais... En attendant que ma commande arrive, je le vois, nonchalamment exposé sur une table. Et puis il m'a suffit de deux choses : l'auteur (que j'adore, ce n'est plus une nouvelle) et le pitch. Rien que cet élément est un excellent travail d'écriture de la part de l'éditeur. Donc, je n'ai pas hésité une seule seconde. Je m'étonne même ne pas en avoir déjà fait une chronique.

#Un survival déjanté

C'est le moins que l'on puisse dire c'est que Fabien Clavel revisite une thématique maintes et maintes fois éclusée. Mais tout en inventivité ! Les personnages et l'environnement choisis provoquent des situations abracabrandesques, presque picaresques à certains points culminants de l'intrigue.

Le récit est très bien maîtrisé. Il forme un cycle et fait passer le lecteur par divers états d'esprit naturellement, en quelques pages seulement là où d'autres plumes mettraient des chapitres entiers. Fabien Clavel appose à cette histoire une manière d'écrire qui lui est propre...  Comme s'il prenait un accent différent en fonction du récit qu'il façonne. Je crois qu'outre son imagination, c'est cette capacité à faire ressortir toutes les subtilités stylistiques de son écriture qui me plaît tant chez Fabien Clavel.

L'histoire maintenant. Elle suit le schéma classique d'un survival zombie. À l'exception du début - les vieux qui sont prévenus et qui peuvent s'y préparer, le reste est identique. Les protagonistes sont plongés dans l'horreur de la (re)découverte de leur monde dévasté, déserté par les humains mais envahi par les zombies. Difficile d'imaginer une épopée plus claudicante et moins épique que celle de nos ancêtres. Et pourtant. Il y a une sorte de grandeur chez ce Matt, teintée cependant de pessimisme.
Quant à la fin de l'histoire... Fabien Clavel nous révèle un twist à sa façon. À vous d'en tirer les conclusions qui s'imposent !

Les protagonistes ne sont vu qu'à travers les yeux de Matt. Enfin, à travers son journal serait une formulation plus correcte. Et ce qu'il nous offre à lire, que ce soit sur la vie en maison de retraite ou plus tard lors de leur exode est glaçant. On est au premier rang pour assister au spectacle des bassesses et des mesquineries humaines. De ce côté là, les personnages sont bien construits, en particulier Matt. Ici, on ne s'encombre pas de détails relatifs au physique, pas besoin. Mais le travail psychologique de ce personnage est impressionnant tant on a l'impression que les pensées livrées dans le journal ont été écrites par un personnage réel.

Le rythme de lecture est très rapide et soutenu. J'ai enchaîné les entrées de ce journal en peu de temps tant j'ai été emportée par la lecture. Paradoxal non ? Une lecture rapide qui raconte l'histoire de personnages se mouvant plutôt lentement...
Le roman très court sous forme de récit de voyage à partir d'un carnet (en quelque sorte) est un format que j'apprécie particulièrement. Mais la qualité de l'écriture dans la narration ainsi que leur concision sont telles qu'on ne pourrait concevoir un texte plus long.

La narration est vive et saccadée et ne nous donne à lire que les choses les plus importantes. Les émotions ressenties par les personnages sont palpables, en particulier leur désarroi. L'Évangile Cannibale est un récit dont on ne sort pas indemne moralement. Pour tout vous avouer, on a un peu l'impression d'être dans une posture de voyeur, un peu comme si on assistait à une télé-réalité. C'est donc une lecture qui décape l'esprit, avec des ongles.

En prime, une petite interview de l'auteur nous en apprend plus sur la genèse et la construction de ce récit tellement particulier. Très instructif bien entendu !


#En Bref

L'Évangile cannibale est un récit atypique, tant dans son fond que dans sa forme. Le spectacles de personnes âgées qui déambulent cahin-caha dans les rues d'une ville désertée a de quoi surprendre. Sans compter la vision que Matt, personnage principal, porte sur sa vie et son entourage.
Assurément, on ne ressort pas de ce livre de la même manière qu'on y est entré. L'histoire est rapide, nerveuse et brutale. Mais tellement plaisante à lire !

Validé et conseillé par moi pour votre plus grand plaisir !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)