jeudi 14 janvier 2016

Chronique du soupir

Couverture Chronique du Soupir

Lilas, une naine flamboyante, a choisi, depuis la disparition de Frêne, son époux, de prendre sa retraite de Chef de la garde du palais de la Haute Fée pour ouvrir une auberge au bord de la mer, à l'endroit même où Frêne s'est "ancré" pour l'éternité. Entourée de quelques amis et d'Errence, un elfe qui est aussi son amant, elle mène une existence un peu trop paisible à son goût.
Alors qu'elle s'interroge avec angoisse sur son devenir, son fils Saule, pourchassé par un groupe de miliciens au service de la Haute Fée, fait irruption dans l'auberge. Il serre dans ses bras une adolescente de 16 ans, Brune, qui est à l'agonie.
Après quelques heures d'hésitation, et bien que pressentant l'immense danger qui émane de façon indicible de la personnalité de Brune, Lilas décide de les protéger envers et contre tous.




J'entretiens un rapport très étrange avec ce roman. J'ai tenté de le lire plusieurs fois, en vain. Il me tombait des mains à chaque fois. Mais il faut croire que c'était le bon moment puisque non seulement je n'ai pas lâché cette lecture, mais je l'ai au final plutôt appréciée ! Il était temps que Chronique du soupir sorte de ma PàL... il stagnait là depuis plusieurs années ! C'est un peu ça, la magie de la lecture.

Ne vous attendez pas à de l'action à toutes les pages. Pour moi, Mathieu Gaborit pêche un peu sur ce point car les péripéties qui d'ordinaire rythment le récit sont chaotiques et brouillonnes. À tel point que j'ai du les relire pour bien saisir et comprendre précisément de quoi il retournait.

Chronique du soupir est un récit axé sur la psychologie des personnages. Sur ce point, l'auteur a réalisé un très bon travail. La psyché des protagonistes est finement ciselée et on retrouve au fil du texte de nombreuses plongées introspectives plutôt réussies et très naturelles. Ce sont elles, plus que les actions, qui font véritablement avancer l'intrigue. Cet aspect psychologique est le gros point fort de cette histoire.


L'intrigue quant à elle est véritablement complexe et bien structurée. Certes, le peu d'explications à propos du background a de quoi égarer, mais un peu d'attention suffit pour se maintenir à flot. Malgré tout, celui-ci semble très riche et développé et les simples évocations présentes dans le texte tendent à montrer l'installation de l'univers de Mathieu Gaborit pour les connaisseurs. Néanmoins, peut-être qu'un petit addenda sur le fonctionnement du monde pourrait éclairer les novices.


Le système de souffle, les fées et leur magie ainsi que tout ce système de lignes très complexe confère à Chronique du soupir une teinte spirituelle à cette histoire et renforce la présence du genre fantasy. On pourrait même inventer un nouveau terme : spiritual fantasy.


Le début du récit esquisse une intrigue dont la portée bouleversera l'univers. L'auteur réussit à atteindre son but sans prendre le chemin qui semble le plus visible. Mais on semble s'en éloigner en changeant totalement de protagonistes. Et pourtant... tout finit par se rejoindre. Je n'ai pas pu m'empêcher de noter cette qualité du récit et la maîtrise de son auteur qui sait mener son lecteur par le bout du nez. Avec talent bien entendu. Et loin de minimiser la portée quasi-mythique du récit, la focalisation sur des personnages a priori anodins et leurs actions lui donnent une touche humaine. Enfin...naine.

Un dernier mot quand même à propos de cette couverture que je trouve juste magnifique.

#En Bref



J'ai eu du mal à rédiger cet avis au final plutôt descriptif. Mais j'ai apprécié Chronique du soupir. Ce livre restera dans ma mémoire grâce à son histoire, mais aussi car il conforte la théorie selon laquelle il existe des livres destinés à un moment précis de la vie.


Et oui, je vous le conseille.


Chronique du soupir.- Mathieu Gaborit.- Ed. France Loisirs (Pré au clercs)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)