vendredi 13 novembre 2015

[Interview] Marianne Stern

Image prise sur le site du Chat Noir

L'écriture n'est pas l'occupation principale de Marianne Stern qui travaille dans le domaine de l'aviation. Quand elle a un peu de temps, entre deux avions, elle écrit. Notamment le très bon Smog of Germania
Merci à elle d'avoir pris le temps de répondre à mes quelques questions !


1 – Votre entourage vous inspire-t-il lorsque vous écrivez ?

Plus que l'entourage, ce sont l'environnement et mes expériences personnelles qui m'inspirent – bien qu'un de mes proches amis ait directement donné vie au héros guitariste d'une de mes nouvelles parue en anthologie. J'ai vécu plusieurs années à Berlin et, par conséquent, cette ville se retrouve dans nombre de mes histoires ; la musique et les guitares constituent une autre source d'inspiration.

2 – Quels sont vos auteurs favoris ?

Dans les auteurs français que j'apprécie beaucoup, je cite Pierre Pevel et son incontournable série des Lames du Cardinal. J'ai également un faible pour Jean-Philippe Jaworski et son roman Gagner la guerre ou pour Laurent Whale et Les étoiles s'en balancent.

En ce qui concerne les auteurs anglophones, je cite Raymond E. Feist, Neil Gaiman et son American Gods que j'ai lu près d'une dizaine de fois, ou encore dans un autre registre, Tom Clancy et ses thrillers militaires.
La liste est très longue en fait !

3 – L'écriture : métier ou occupation ?

C'est avant tout une occupation, assez – et de plus en plus – chronophage, il faut bien l'avouer.

4 – Qu'est-ce qui vous aide à développer votre imagination ?

Mes lectures, mon vécu, mes expériences et la musique. Durant les sessions d'écriture, il y a toujours un fond musical, variant selon ce que je cherche à écrire. Je peux écouter de longs morceaux instrumentaux (Two steps from Hell, par exemple) ou du heavy metal impliquant des chanteurs aux voix éraillées, des rythmiques fracassantes et des furieux solos de guitare !

5 – Pourriez-vous résumer votre style littéraire en un mot ?

Si je me fie aux nombreux retours reçus sur mes écrits, je qualifierais mon style de visuel. J'aime m'attarder sur des détails insignifiants, les odeurs, les bruits, cet ensemble de choses qui vont permettre aux lecteurs de s'imaginer une scène avec précision et de rendre mes univers vivants.
Mon style est amené à varier d'un écrit à l'autre, selon l'époque de l'histoire, le point de vue adopté, les événements décrits. Unis... Pour la vie ? (Ed. Rebelle) adopte un style que j'aime décrire comme Rock'n'Roll, alors que Les Chroniques d'Oakwood (Ed. du Chat Noir) tirera davantage vers quelque chose de poétique.

6 – Comment est née votre passion pour l'imaginaire ?

Avec une rencontre inopinée d'un roman de Raymond E. Feist, Les Chroniques de Krondor, la guerre de la faille, sur un rayon de ma librairie préférée, il y a une grosse dizaine d'années. Ce fut pour mois la première plongée dans la Fantasy, ses univers magiques et ses créatures extraordinaires. À présent, je me souviens encore très bien de cette quadrilogie, qui marqua vraiment un tournant dans le style de mes lectures. Depuis cette période, je n'ai plus jamais quitté l'imaginaire.

7 – Si je vous dis « magie »... que me répondez-vous ?

Fantasy ? Harry Potter ? Les Chroniques de Krondor ? Trudi Canavan avec La trilogie du magicien noir ?
De mon point de vue, la magie est quelque chose de difficile à mettre en œuvre dans une histoire si l'on veut rester original. Je n'aime pas trop l'employer, car elle a aussitôt tendance à repousser les limites et rendre les choses plus faciles. Je déteste quand la magie permet de tout faire, en particulier de sauver en permanence des héros en situation critique. Certains auteurs s'en servent très bien, d'autres au contraire l'utilisent quand ça les arrange... Pour ma part, je parle de sorcellerie dans Les Chroniques d'Oakwood, ou du don, dans Smog of Germania.

8 – Quel est votre personnage préféré tous genres littéraires confondus ?

J'ai un faible pour Shadow, le héros de American Gods, de Neil Gaiman. Un personnage taciturne, renfermé, loin des héros ordinaires au charisme et aux facultés hors du commun. Ou alors, Jack Ryan, le héros qui sauve le monde dans beaucoup de romans de Tom Clancy. Ou encore Han Solo !

9 – Un rêve littéraire ?

Réussir un jour à mettre par écrit tous les projets qui tournent dans ma tête ?

10 – Quels projets pour après ?

Smog of Germania m'aura fait découvrir un genre nouveau : le Steampunk. Devant le temps investi en documentation et conception de l'univers, je me suis dit qu'il serait dommage de n'écrire qu'un seul roman dans ce style. Il y en aura donc plusieurs, mais j'en reparlerai en temps et en heures... Le Steampunk est un genre qui me plaît énormément, et qui ravit mon style d'écriture visuel. Par ailleurs, la passionnée de machines volantes que je suis adore mettre en scène toutes sortes d'aérostats dans ces histoires-là.

En plus de romans steampunk, je n'exclue pas quelques projets post-apocalyptiques dans un futur plus ou moins proche.

Vous êtes prévenus, Marianne Stern a plein de projets et plein d'histoire déjà à son actif... Bonne lecture ! :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)