mercredi 9 septembre 2015

Smog of Germania

Couverture Smog of Germania

Germania, début des années 1900, capitale du Reich.
À sa tête, le Kaiser Wilhem, qui se préoccupe davantage de transformer sa cité en quelque chose de grandiose plutôt que de se pencher sur la guerre grondant le long de la frontière française - et pour cause : on dit qu'il n'a plus tous ses esprits. Un smog noir a envahi les rues suite à une industrialisation massive, au sein duquel les assassins sont à l'oeuvre.
Une poursuite infernale s'engage dans les rues et les cieux de Germania le jour où la fille du Kaiser échappe de peu à une tentative de meurtre. Objectif : retrouver les commanditaires. La chose serait bien plus aisée s'il ne s'agissait pas en réalité d'un gigantesque complot, qui se développe dans l'ombre depuis trop longtemps.



J'ai vite été attirée par cette superbe couverture aux couleurs bien choisies et appelant à la lecture et à la plongée dans le smog conférant à cette cité une aura de mystère.

C'est une histoire vraiment bien structurée et pensée que nous propose Marianne Stern. D'abord, elle ne se focalise pas uniquement sur les états d'âme d'une princesse obligée de se cacher qui découvre que la vie est plus dure en dehors des murs du palais impérial. Le suspens est maintenu et les rebondissements présents jusque dans les dernières pages où le dénouement est amené de manière fluide, évitant l'écueil classique de la fin brutalement annoncée. Les chapitres plutôt courts de ce roman dynamisent un peu plus (s'il en était besoin) cette lecture et créent un rythme plaisant. 

L'écriture, de la même manière que l'intrigue, est soignée. Aucun mot n'est employé à la légère et sert l'histoire de manière optimale. J'ai toutefois eu un peu de mal à accrocher avec cette écriture au début du roman... Mais après quelques chapitres posant les bases de l'histoire, j'ai dévoré la suite jusqu'au dernier mot. 

Les descriptions sont évocatrices d'une ville à deux vitesses où les riches vivent dans de hauts palais perçant ce brouillard polluant et où les pauvres sont condamnés à vivres dans les ténèbres puantes et nocives du smog. Les plongées dans la ville sont l'occasion pour Marianne Stern de donner la pleine mesure des horreurs odorantes et du danger de ces ruelles mal famées. 
Et de l'autre côté, l'auteur nous décrit le palais suffocant d'obséquiosité envers un Kaiser devenu fou au point de mettre en péril ce qui reste de sa famille pour un motif de déclaration de guerre à la France. 

Cette dualité d'une société n'est pas très éloignée de ce qui se passait effectivement dans les pays européens à la fin du XIXe siècle, époque dans laquelle se déroule notre histoire. Et le lien entre les deux assuré par les protagonistes qui permettent de comparer ces deux modes de vie totalement éloignés permet de mettre en évidence les (trop) fortes disparités. Ce même à travers le prisme de la fiction. Car Smog of Germania revisite une réelle période historique à travers sur histoire : la période de tensions précédant la Première Guerre mondiale. De façon légèrement différente bien entendu. 

Marianne Stern a fourni un gros travail sur la psychologie de ses personnages, en particulier sur leur évolution psychologique. J'ai personnellement eu l'impression de les côtoyer comme je côtoierais quelqu'un : en apprenant à le connaître petit à petit au fil des événements. Les modifications de l'état d'esprit de Viktoria, la fille du Kaiser, ainsi que de ses réactions sont appréciables. Même si elle mériterait plusieurs fois des claques pour ses jugements hâtifs. Mais qui n'en a jamais eu ?

L'esthétique steampunk est bien présente dans l'histoire, mais sa discrétion est appréciable comparé à d'autres sagas qui l'utilisent à outrance. Certes, on échappe pas aux zeppelins et autres aérostats au dessus de la ville, mais Marianne Stern a développé le concept d'orfèvrerie au rang d'art presque occulte. Et les créations évoquées laissent rêveurs : des sculptures magnifiques, des artefacts faits de métal et de rouages presque vivantes et même des hommes faits en partie de rouages remplaçant des parties de leur corps. 

#En Bref

Smog of Germania, qui m'avait déjà attiré par sa couverture, a continué à me passionner durant ma lecture par son univers et son intrigue bien construits. J'ai vraiment apprécié cette lecture et serais curieuse de lire les futurs livres de l'auteur. Je vous conseille cette lecture.


Smog of Germania.- Marianne Stern.- Ed. Le Chat noir

2 commentaires:

  1. Oh grâce à ta chronique, ce livre me tente bien :)
    En plus il a vraiment une jolie couverture et j'adore les livres qui en ont une jolie^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente de lire ça ! C'est vrai qu'elle est magnifique !

      Supprimer

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)