dimanche 14 décembre 2014

Top : Les choses qui me font arrêter la lecture d'un livre


Je suis une grande lectrice, je crois que ce blog le prouve. Parmi tous les livres que je lis, il y en a vraiment peu que j'abandonne purement et simplement, sans les reprendre un jour ou l'autre. Que voulez-vous, je suis une éternelle optimiste (en ce qui concerne les livres en tout cas). 
Mais comme tout un chacun, il y a des choses qui me hérissent le poil quand je les rencontre dans mes lectures, et qui parfois me la font stopper net. Quels sont-ils, me demanderez-vous avec impatience... Les voici !



Commençons par les choses qui fâchent, mais qui me fâchent vraiment ! Je suis purement et simplement allergique aux fautes d'orthographe et de syntaxe dans une moindre mesure. Je trouve vraiment scandaleux que des livres édités par des professionnels soient truffés de fautes d'orthographe. Je ne hurle pas ma rage lorsque je trouve une coquille ou une erreur de syntaxe (quoi que les secondes ont droit à moins de patience de ma part). 


Je ne mets pas ici l'auteur en cause, mais bien l'éditeur qui n'a pas pris la peine de corriger son texte, ou de le faire corriger par quelqu'un s'il en a les moyens. Quand on travaille dans un milieu où le texte est primordial, cela devrait être un devoir que de le rendre parfait.

Je n'ai absolument rien contre les histoires d'amour. Mis à part quand cela ralentit l'histoire et que cela n'apporte rien au final. Vous me direz que dans la romance, c'est le but principal. Peut-être, mais je ne lis pas ce genre d'histoires. Les intrigues à l'eau de rose avec des histoires niaises juste bonnes pour la télévision, ou avec trop de scènes de sexe m'ennuient purement et simplement. Je laisse tomber ! 
Un peu de sexe, des histoires d'amour par-ci par là peuvent cependant améliorer ou participer à l'histoire. Il ne sera pas dit que je rejette complètement ces écritures !


Je vous avoue que quand tout tombe tout cru dans le bec du héros, quand il n'y a aucun challenge dans l'intrigue et aucun danger. Trop de "comme par hasard", dans les aventures, ça m'énerve. "A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire", disait le proverbe. Une sagesse dont certains auteurs feraient bien de s'inspirer ! Merci Corneille les enfants :)

Corneille. Une citation qui vient de loin... dans le temps !

La résolution de roman trop facile et/ou rapide. Encore plus que d'être affreusement frustrée, car je m'attends souvent à une fin bien travaillée, même si celle-ci laisse une ouverture à un roman ultérieur, j'ai l'impression d'avoir perdu mon temps.


Je repose le roman en me disant "D'accord. On s'est bien fichu de moi, au revoir auteur XXX" !

Quand le style est trop lourd, ampoulé, poussif. Bien des auteurs pensent avoir la dimension des grands auteurs classiques, et le montrent dans leurs propres histoires, à grand renfort de figures de style, de phrases longues et complexes. En plus d'être incroyablement compliqué à lire, cela cache bien souvent (pour moi) une intrigue creuse et un manque de talent dans l'écriture. 


Pour moi, les auteurs qui possèdent les meilleurs plumes n'en font pas trop dans leur écriture. La simplicité (apparente) est pour moi signe d'un talent. C'est difficile de "faire simple" !

En #Bonus, un extrait de livre dont l'auteur possède un réel talent :

Le Cycle d'Alamänder T2 - Le Mehnzotain d'Alexis Flamand

(...)
- Vous avez bâti de toutes pièces la cité ?
- Oh non, vous pensez. En fait, les édifices les plus éloignés du lecteur ne sont que des hologrammes. 

(...) 
Je me dirige vers lui en votre compagnie, cher lecteur. Excusez-moi, K, je vous dérange en plein travail. Auriez-vous quelques minutes à vous consacrer ? C'est pour la postface du deuxième tome d'Alamänder.
- Pas de problème, je vous écoute.
- Vous êtes donc le responsable des créatures sur le tournage. Qui est la personne qui vous accompagne ?
- Ah, excusez-moi. Je vous présente 125, le responsable de la page 125. Chaque technicien possède une page dont il a la charge. 
- Bonjour, 125. 
- Bonjour à tous. Est-ce que le lecteur me voit, si je bouge la main comme ça ?
- D'une certaine manière, oui. En quoi consiste votre travail, 125 ?
- En gros, on doit s'assurer que les caractères sont placés correctement, que l'espace est bien occupé. S'il y a des coquilles, c'est nous qui trinquons.
- Je comprends. Revenons à vous, K. Vous êtes en train de dégager le plateau en prévision du tome 3, c'est cela ?
- Tout à fait. Nous démantelons le skorj de combat, un animatronique de plus de soixante mètres de haut. Petit secret de tournage, c'est le même que celui du tome 1, le vaisseau de guerre qu'ont pris Jonas et Edrick quand ils faisaient route vers Fresnel. On lui a juste mis des lentilles de contact de couleur différente afin que le lecteur ne puisse pas faire le rapprochement avec le skorj précédent.
(...)


Et vous alors, qu'est-ce qui vous énerve le plus dans les romans que vous lisez ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)