mercredi 24 décembre 2014

DarKrün


« Derrière lui, il sentait la pression de tout un peuple. Il entendait la respiration d'un million d'individus. La tension était à son comble. Manlöck se replia sur lui-même pour se concentrer au maximum. Il savait qu'il ne gagnerait probablement jamais cette course, le DarKrün. Mais qu'avait-il à perdre ? »

Un puits sans fond dans un village d'Afrique d'où s'échappent, la nuit, d'étranges créatures buveuses de sang; un arbre magique dissimulant un trésor jalousement gardé par des fées; un corset qui confère un pouvoir fascinant à celle -- ou à celui -- qui le porte; deux frères qui tentent de s'échapper des enfers; une course folle dans un désert qui ne connaît jamais la nuit...

Des plaines de Mars à la savane africaine, du Moyen Âge au plus lointain futur, 15 nouvelles où le fantastique, la science-fiction, le merveilleux et l'horreur sont pour Pierre Brulhet autant d'occasions de laisser s'exprimer un imaginaire riche et multiforme.


Après plusieurs contes et un roman fantasy, voici enfin un recueil des nouvelles de Pierre Brulhet. Et la première chose qui m'est venue à l'esprit après cette lecture : il devrait en publier beaucoup plus ! J'ai toujours trouvé le genre de la nouvelle assez compliqué, car il requiert de raconter une histoire en quelques pages seulement, d'aller à l'essentiel tout en prenant le temps de poser une ambiance.

Darkrün expose différents genres littéraires montrant l'attachement de son auteur aux littératures de l'imaginaire. Si certaines nouvelles tournent autour du conte, d'autres visent la science-fiction, le fantastique horrifique cher à Lovecraft, du post-apocalyptique et même de la fantasy !
Les textes projettent facilement leurs lecteurs dans leur univers grâce à une narration concise, efficace et fluide. Certes ce recueil ne fait que 200 pages environ, mais il est riche en aventures diverses à vivre via la lecture.
Un exemple ? La première nouvelle « Trésor de l'arbre » nous propulse dans un univers médiéval, au coin du feu. Malgré sa fin pour le moins violente, l'histoire reste bien contée.

Car le gros point fort dans l'écriture de Pierre Brulhet est de nous plonger dans des univers très différents en l'espace de quelques pages, et surtout sans artifice d'écriture apparent. Mais c'est souvent quand cela semble être fait sans efforts que cela cache bien un énorme travail !

Plusieurs genres littéraires sont exploités dans ce recueil, et c'est une bonne chose. Mais c'est aussi le défaut de cette qualité, car certains devraient un peu être laissés de côté au profit d'autres que je trouve bien meilleurs. C'est le cas des nouvelles horrifiques d'inspiration lovecraftienne que j'ai beaucoup apprécié, et qui mérité d'être davantage développées.

#En Bref


La couverture que je trouve franchement laide mise à part, Darkrün est un recueil de nouvelles de qualité. La facilité avec laquelle j'ai plongé dans les différents univers et la qualité de la narration rendent cette lecture vraiment attrayante, et vous avalerez ces 200 pages très rapidement, faites-moi confiance !

Darkrün.- Pierre Brulhet.- Ed. La Clef d'argent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)