mercredi 8 octobre 2014

Les Contaminés


« Vous êtes jeune, adepte de sensations fortes et avez toujours rêvé d’une aventure à vous couper le souffle ?Bienvenue dans le nouveau jeu de téléréalité le plus stupéfiant de l’année. Débarqué sur l’oasis paradisiaque d’Isla Grande, vous pourrez profiter à souhait de sa végétation luxuriante et de ses paysages merveilleux en dormant à la belle étoile. Trois maîtres du jeu seront là pour vous accueillir et s’assurer que vous soyez mis dans le bain dès le départ. Deux équipes s’affronteront, la vôtre et celle des résidents de l’île… Attention, ici, tout est vrai ! Dans ce jeu, aucun artifice n’est utilisé, et nos caméras restent allumées 24 h sur 24 pour ne pas risquer de perdre un seul instant.»


Pitch intéressant, n'est-il pas ? L'auteur nous propose un mélange entre Battle Royale et The Walking dead, ou toute autre série de zombies. Rien de bien neuf, me direz-vous. Et si je vous répondais que le tout est en fait une télé-réalité ?

C'est en effet à ce genre d'horreur malsaine et dénuée de morale que l'on a affaire. L'ambiance de ce roman est franchement glauque, et cette sensation ira crescendo pour atteindre son paroxysme sur cette fameuse île où chaque détail est là pour vous y plonger un peu plus.

L'écriture simple, efficace et facile à suivre dévoile crûment toute l'horreur de la situation. Le récit est dans la même veine : descriptions et narration sont quasi-cinématographiques. C'est simple : on plonge dans le livre pour se retrouver partie intégrante de l'histoire, et ce malgré la barrière des pages. De plus, les chapitres sont courts, ce les fait ressembler à des séquences cinématographiques.

L'auteur mélange les genres dans son roman. Si l'intrigue principale appartient clairement au genre de l'horreur, on peut également y déceler des traces de thriller dans l'enquête menée par le lieutenant Moreno. Mais la comparaison avec le cinéma s'arrête là : l'auteur mélange les genres, mais il ne tombe pas non plus dans les clichés que l'on ne voit que trop souvent : le bon flic qui se fait bêtement assassiner parce qu'il en sait trop, ou bien la jeune fille bien trop dénuée de bon sens (restons polis) pour survivre plus de deux minutes sur cette île sans être la proie des zombies.

Les personnages justement (quelle transition!) sont bien travaillés. Ils nous montrent diverses facettes de l'esprit humain et ses réactions face à un pareil danger. Bien entendu, tout cela est imaginé, mais ici on ne peut que souligner l'importance accordée par l'auteur à ses personnages qui possèdent chacun une personnalité et des réactions qui leur sont propres. J'ai eu une petite préférence pour le personnage de Laalia dont j'ai apprécié les réactions. La jeune fille est certes poussée par la peur, mais également par un instinct de survie que j'aimerais posséder. De plus, on voit Laalia mûrir au fil du textes, mais aussi s'affirmer au fil des pages.

~ En Bref ~
Vous plongerez facilement dans cette histoire et vous ne pourrez vous empêcher de vivre les aventures et de ressentir les émotions pour le moins poignantes des personnages. Plus d'une fois par exemple, j'ai redouté de retrouver Laalia morte.

Si vous voulez vous laisser emporter dans une aventure qui ne vous laissera pas de marbre, lisez vite Les Contaminés ! 

Les contaminés.- Yves-Marie Laurent.- Ed. Scrinéo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)