dimanche 15 juin 2014

Notre-Dame des loups


En 1868, Jack, Würm, Evangeline, Jonas et les autres sont des Veneurs, des chasseurs de loups-garous. Ils ne peuvent plus être définis autrement, ils ont renoncé à tout le reste afin d’accomplir leur devoir : décimer les meutes, protéger les colons, et surtout, pourchasser celle par qui tout a commencé, la légendaire Notre-Dame des Loups.
A travers une Amérique glaciale, battue par les vents et couverte de neige, insensibles au froid, à la fatigue et au découragement, les Veneurs avancent, encore et toujours. Guidés par des chiens de guerre, équipés d’armes crachant des balles d’argent, protégés du Mal par la mystérieuse sorcellerie de leurs amulettes, ils pourchassent, malmènent, et acculent les loups-garous, qui n’ont d’autre choix que les affronter… et mourir.
Mais l’ennemi n’est pas le seul à dissimuler sa véritable nature…


Après avoir écrit deux romans plutôt volumineux et jouissant d'une bonne popularité, Adrien Tomas revient avec une très courte histoire nous propulsant dans le XIXe siècle américain, soit en plein dans un univers western.

Mais un univers un peu particulier, car dans ce continent alors à peine découvert rôdent des créatures aussi mystérieuses que mortelles, des lycanthropes. Ces créatures, aussi appelées des « wendigos », font l'objet d'une traque sans merci par les Veneurs, des héros de l'ombre dont la vie est vouée à l'éradication des abominations.

Adrien Tomas nous propose un enchaînement de chapitres proposant chacun le point de vue d'un des veneurs ainsi que la façon dont il est entré dans cette étrange compagnie. La manière dont sont construits les chapitres est répétitive et se termine toujours de la même manière. J'ai par contre apprécié de lire les histoires propres à chaque membre de la compagnie. Mais l'histoire suit tout de même son cours et propose une intrigue à la fois simple, traquer la souveraine des lycanthropes, mais dont la chute se révèle... surprenante par l'enchaînement des actions.
Si la lecture de la plus grande partie du roman est agréable mais répétitive, je marquerais une préférence certaine pour les dernières pages où la vénerie, dont la taille est alors réduite à peau de chagrin, se retrouve confrontée au boss de fin, c'est à dire la Dame des loups. C'est un véritable exercice d'écriture auquel s'est livré l'auteur, et c'est pour moi un pari réussi.

Concernant les personnages, l'autre point incontournable de ce roman, Adrien Tomas dresse les portraits de plusieurs personnages tous très différents mais extrêmement bien travaillés. Dans le premier chapitre, l'auteur nous les présente d'un point de vue extérieur, à travers le regard de l'un d'entre eux. Puis chaque chapitre est l'occasion de développer la personnalité de chacun en mettant en lumière ses qualités, ses défauts, ainsi que sa vision des choses et du fléau qui assaille les États-Unis.
Cette façon de présenter les personnages permet un travail psychologique plus complet sur leurs portraits et constitue pour moi l'un des points forts de cette courte histoire.

~ En bref ~


Il s'agit d'un roman assez bref, rapide à lire mais qui n'est pas pour autant dénué d'intérêt. L'histoire est un vrai travail d'écriture dans lequel l'auteur nous perd dans la vie des personnages pour mieux nous surprendre à la fin. C'est une bonne surprise que je vous recommande !

Notre-Dame des loups.- Adrien Tomas.- Ed. Mnémos

1 commentaire:

  1. Ca a pas l'air mal... la couverture est attirante, je trouve !

    RépondreSupprimer

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)