jeudi 20 juin 2013

Assassin's Creed : Renaissance


Florence, quinzième siècle. Ezio Auditore est un jeune homme, bravache et insouciant et le second fils d'un banquier réputé de Florence. S'il est appelé un jour à prendre la succession de son père, il passe pour le moment ses journées à courir les rues, et surtout les filles. Mais il se trouve à la veille d'un terrible drame qui va toucher sa famille. Désormais seul à pouvoir venger la mort des siens, Ezio réussira-t-il à accomplir la mission qu'il s'est fixée? Ceux qui ont tué sa famille sont-ils isolés ou appartiennent-ils à une organisation de plus grande ampleur ?


J'ai toujours regardé les adaptations littéraires de jeux vidéos avec perplexité : quel besoin ont les gamers d'avoir des livres de leurs jeux, et à l'inverse, quel plaisir peuvent avoir les lecteurs en lisant une adaptation ? Je lisais déjà des adaptations romanesques de jeux de rôle papier. Cela ne fait pas une trop grande différence, me direz-vous. Mais comme seuls sont imbéciles ceux qui ne changent pas d'avis, je me suis lancée avec Assassin's Creed Renaissance.

Mais j'ai été agréablement surprise par la narration de ce roman. Après consultation avec un joueur passionné par ce jeu, il se trouve que cet histoire est la copie conforme de sa version vidéo ludique. Ce qui peut être un point négatif pour certains amateurs est positif pour moi : cela me permet de découvrir une histoire que beaucoup de joueurs ont trouvé passionnante dans sa version originale.

L'auteur a même su rendre les passage de tutoriels dans le roman en les transformant en défis que le héros, Ezio, doit relever. Un point pour la transcription des étapes du jeu au roman : les quêtes données passent (presque) inaperçues et ne gênent pas la fluidité de l'histoire, qui l'est peut-être plus que dans le jeu vidéo car le lecteur n'a pas à subir les passages entre les cinématiques et le jeu en tant que tel.

L'univers est animé par des personnages hauts en couleur et animé de leur caractère propre, ce qui rend d'autant plus vivante cette histoire. L'humour disséminé à travers les dialogues vous feront sourire et surtout passer un excellent moment !

Ce n'est pas un secret, je suis vraiment attirée par les univers médiévaux. Avec cette histoire, j'ai fait un petit bond dans le temps jusqu'à une période historique qui m'a franchement intéressée : la renaissance italienne, avec ses artistes et ses stratèges. En effet lecteur, tu auras l'occasion de côtoyer des personnages comme Léonard de Vinci et le fameux Machiavel, personnages cachant bien des secrets.

L'auteur, et à travers lui les concepteurs de l'univers Assassin's Creed ont réalisé un magnifique travail de mélange entre fiction et réalité. Ce qui me pousse à me demander même après avoir refermé ce livre : et si le combat entre Assassins et Templiers faisait encore rage aujourd'hui... ?

La seule chose que je reprocherais à cette histoire est l'intervention tardive (peut-être trop...) d'éléments fantastiques. Cette dimension qui crée une menace pour le monde aurait pu être disséminée dans toute l'histoire... Mais il est vrai que, placée là, elle crée l'envie de lire le second tome !


Assassin's Creed : Renaissance possède le « page-turning » d'un Da Vinci Code, mais aussi une véritable capacité à vous faire plonger dans la Renaissance Italienne avec une facilité déconcertante.

Assassin's Creed : Renaissance.- Oliver Bowden.- Ed Milady.- 2010

1 commentaire:

  1. Je suis contente que tu aies aimé !! J'ai beaucoup aimé aussi même si je n'ai pas personnellement joué au jeu mais je connaissais plus ou moins la trame car mon frère et mon homme y ont joué !
    Et y'a pas, Ezio est super sexy <3 mdrrr !
    Le second tome attends gentiment dans ma PAL ^^
    Biz =)

    RépondreSupprimer

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)