jeudi 24 janvier 2013

Les lumières de Haven



Alors qu'ils préparent le bac, cinq adolescents sont projetés dans l'univers merveilleux de Haven, un monde parallèle volontairement bloqué au XVIIIe siècle. Old Jack, l’Intendant règne en despote éclairé sur ce havre de Paix…
Mais un personnage mystérieux menace de révéler un secret millénaire qui pourrait faire exploser ce fragile équilibre et transformer ce paradis en enfer de guerre, de feu, de sang…
Que peuvent faire les cinq Arrivants pour éviter ce cataclysme ? Quelles créatures terribles devront-ils affronter ? Quel mystère entoure la disparition des premiers habitants légendaires de Haven ?



Résumé alléchant n’est-il pas, ami lecteur ? Le début du roman alterne entre plusieurs scènes relatant la vie de lycéens aux quatre coins de la France, tous amis. Un début intriguant, me direz-vous. Où est l’imaginaire, le monde utopique promis dans la quatrième de couverture ?
Il arrive dès le second chapitre qui enclenche une action qui restera rapide et rythmée tout au long de l’histoire. Car une chose est sûre, on ne s’ennuie pas dans Les Lumières de Haven. Chaque page recèle une nouvelle aventure dans la vie des Arrivants.

Le monde que nous décrit l'auteur est riche, et son histoire mêlant mythologie et faits réels est complexe et plausible. Les anges font écho à nos dragons et autres fées de nos propres légendes. Sans s’y calquer à 100 %, il se rapproche du XVIIIeme siècle français par le raffinement de la cour et des coutumes du peuple Havenien.

La plume de Pauline Bock est sûre et ne souffre d’aucune hésitation dans le vocabulaire et j’ai eu la joie de constater que le niveau était à la fois égal et élevé tant dans les descriptions que dans les dialogues.

Comme rien ne peut être parfait, je déplore que les derniers chapitres soient un peu faibles. J’aurais aimé qu’ils soient un peu développés. J’ai en effet eu une double-impression de « cheveu sur la soupe » et de frustration. Mais la toute fin reste très touchante malgré tout ! Un autre souci tient aux personnages. Certains peuvent se montrer parfois très irritants, et mériteraient une bonne paire de claques. Mais c’est un avis très personnel sur ce point je le reconnais.

C’est une toute jeune auteur qui signe ce roman très prometteur. Pauline Bock est en effet âgée de 20 ans, et c’est sa passion pour la littérature et la période des Lumières qui lui a inspiré ce très bon roman. Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup apprécié cette lecture et je la recommande bien volontiers.

Les Lumières de Haven.- Pauline Bock.- Ed Scrinéo.- 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)