mardi 11 décembre 2012

Elbrön



Mordred, le dernier des varaniers, lui qui connaissait la fin de tous, a finalement rencontré la sienne. Arfans et Digtères se sont entre-tués dans un carnage insensé. Seuls demeurent les Shores, anciens esclaves qui appréhendent leur liberté nouvelle.
Mais pour combien de temps ? Car au loin, par-delà le temps blanc, se dresse une silhouette de cendre tordue, un arbre mort aux contours mâchés dénué de visage. Une silhouette qui approche, et qui bientôt se double, se triple, se mue en une multitude portée par la haine.
Qui pourra faire face à semblable horde ? Personne. A moins, peut-être, que les restes d'une armure abandonnée et éparpillée retrouvent leur possesseur. Un guerrier. Un mercenaire. Dont tous disaient qu'il ne pouvait mourir...



Avant toute chronique concernant l'histoire, je tiens à parler de la couverture que j'ai trouvée magnifique ! On retrouve tout le talent d'Elian Black'Mor dans cette réalisation illustrant parfaitement l'univers !

Ce roman m'a assez plu dans son ensemble. J'ai trouvé l'univers très beau et très riche. Son histoire était bien racontée le background général est bien campé. J'ai regretté l'absence en fin du roman d'un rappel de toutes les particularités animales et végétales à la fin du livre, cela permettrait de se projeter plus aisément dans l'univers somme toute assez rude de Bankgreen.
Les personnages sont attirants, en particulier les Elbröns et leur philosophie. C'est en effet toute une réflexion sur la propriété et sa légitimité pour les peuples sur laquelle le lecteur aura tout le loisir de méditer une fois sa lecture achevée.

Le seul point faible de cette histoire est la lenteur avec laquelle les actions se déroulent. Cela mêlé à la brièveté de certains chapitres produit un effet particulier auquel je n'ai malheureusement pas adhéré, ce qui a un peu gêné ma lecture.

J'ai néanmoins apprécié cette histoire dans son ensemble et je suis contente de l'avoir lue, ce que je n'aurais pas fait sans le concours du site Babelio. Ce livre a été en effet lu dans le cadre du challenge Masse Critique !

Elbrön.- Thierry Di Rollo.- Ed Le Bélial.- 2012

2 commentaires:

  1. Un livre qui me tente depuis un moment maintenant. Faut vraiment que je fasse entrer ce livre dans ma PAL :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce fut une bonne lecture pour moi. Pas ma préférée, mais quand même ! :)

      Supprimer

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)