mercredi 16 mai 2012

Chien du Heaume


Chien. C'est le nom qu'on lui donne. Parce qu'elle est mercenaire, et qu'on la siffle dès que la guerre menace. De toute façon, elle ne connaît pas son vrai nom. La seule chose qui la rattache à son passé est la hache ornée qu'elle tient de son père. Elle n'est pas belle, mais elle survit dans un monde rude et rempli d'hommes.
A travers ses missions, c'est son passé qu'elle cherche. Elle croise sur sa route plusieurs personnes : un forgeron au visage barré d'une brûlure en forme de croix, un châtelain qui aurait bien connu son père... Tel est le but que Chien du Heaume s'est fixé.




Chien du Heaume est le premier roman de ce genre que je lis. Il se situe aux frontières du fantastique, car le voile « merveilleux » (au sens littéraire du terme) est très mince. L'univers dans lequel évolue notre rude héroïne est sombre et empli de dangers embusqués et prend place dans le haut moyen-âge.

Le lecteur peut ainsi suivre l'héroïne dans sa quête pour retrouver son passé. Il peut également admirer la pugnacité dont elle fait preuve pour se tailler une place dans le monde viril et abrupt du mercenariat, souvent à l'aide de sa hache. Une femme comme Chien dans un monde où les hommes prennent toutes les décisions a de quoi surprendre. Notre héroïne, non content de lutter contre les préjugés et la gent masculine, doit également faire face à des trahisons féminines.

Le style de l'auteur est tout aussi brutal que le monde qu'elle dessine sous sa plume : les dialogues sont brefs et précis et le langage achève de nous y transporter. La brutale réalité du quotidien médiéval s'impose dès le début de la lecture et donne à l'histoire les accents du réalisme.
Seul petit bémol selon moi... la fin est un peu trop rapide comparé au délai de la mise en route de l'histoire.

Passons à la couverture : comme d'habitude, on reconnaît là l’œuvre des graphistes et des maquettistes des éditions Mnémos qui ont comme d'habitude fait un beau travail.
Justine Niogret a sorti en 2011 la suite de Chien du Heaume, intitulé Mordre le Bouclier.
Illustration : Johann Bodin

Chien du Heaume.- Justine Niogret.- 2009.- Ed Mnémos

3 commentaires:

  1. Ce livre n'a rien de fantastique, c'est vrai, et colle même plutôt bien à la réalité de l'époque moyenageuse. Malgré la dureté de l'histoire et de certaines scènes, une beau portrait de femme ! j'ai beaucoup aimé ce roman, et je prévois la lecture de la suite des qu'il sera sorti en poche.

    RépondreSupprimer
  2. On m'a offert le livre, il est génial !

    RépondreSupprimer

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)