vendredi 27 avril 2012

Sauvons les petites librairies et les livres


Demain se tient la quatorzième journée de la librairie indépendante en France et en Belgique. Or, les ventes de livres diminuent. Tout ça pour quoi ? Pour acheter sur Internet. Certes, les possibilités d'achat sont optimales : on peut commander toute la journée mais aussi la nuit, et même le dimanche. Oui, cela peut avoir des possibilités, je vous l'accorde. En effet, un libraire n'est pas ouvert toute la journée et toute la semaine. Excusez le, il reste un être humain.



Mais à moins de savoir ce que l'on cherche, comment s'y retrouver dans la véritable forêt de papier, les immenses rayons virtuels que représentent des grandes librairies en ligne ? A mon sens, rien ne remplace les précieux conseils d'un libraire. Il connaît ses livres et, s'il est compétent, il saura vous aiguiller au mieux.

Mais nous avons de la chance, amis lecteurs, nous vivons dans un pays où la chaîne du livre est préservée par la loi Lang de 1981 sur le prix unique du livre. C'est elle, contrairement aux pays anglo-saxons par exemple où les librairies indépendantes n'existent pour ainsi dire plus, qui préservent nos petits libraires qui pourtant ont de plus en plus de mal à survivre.
« Aller dans une librairie de quartier est devenu aujourd'hui un acte militant ». C'est ce que j'ai entendu ce matin, et c'est cela qui a motivé l'écriture de cet article. Je fréquente les librairies depuis que je suis enfant, et jamais je n'ai estimé que cela relevait d'une quelconque pensée militante. Une librairie est avant tout pour moi un lieu de culture un peu hors du temps.
Mais à bien y réfléchir, il est vrai que se rendre dans une librairie est devenu un acte nous différenciant sur le plan culturel. A l'heure où de nombreuses personnes ne font que recevoir des informations pré-mâchées par les journalistes télévisuels, de moins en moins de gens prennent le parti de lire. Ils préfèrent rester passifs devant des télé-crochets broyeurs de neurones. Je ne comprends pas cela.

C'est sûrement l'une des raisons pour lesquelles je tiens ce blog, amis lecteurs. Remettre au goût du jour la lecture de livres. Tous les livres : romans, BD, essais, documents historiques, et j'en passe.
Faites le premier pas car « On ne force pas une curiosité, on l’éveille ».
(D. Pennac, Comme un roman)

Vous avez aimé cet article, allez voir celui-ci.

Plus d'information par ici :
http://booknode.com/actus/2012/04/24/fete-de-la-librairie-independante-et-un-livre-une-rose/

2 commentaires:

  1. Je crois que l'on assiste à une révolution, un changement de paradigme (j'adore les mots compliqués, il me donne un vernis d'intelligence). Les librairies indépendantes sont une "institution française" tout à fait respectable (voire indispensable pour certains) mais le conseil, leur "valeur ajoutée", est en train aussi de disparaître : il suffit de lire les forums, de parcourir les sites comme "Sens Critique" ou "Babelio" pour comprendre que le conseil, nous pouvons aussi le trouver auprès des lecteurs, des sites de passionnés...qui sont tout à fait capables de déjouer les "plans média" des littératures pré-mâchées et même de faire naître de nouveaux auteurs. J'ai découvert A.Jaworski comme cela.
    Internet est aussi un gigantesque cercle littéraire où l'on peut trouver aide, conseil et y acheter un nombre de livres considérables (dans tous les genres littéraires). Que peuvent faire les libraires indépendants face à cette évolution que l'on peut difficilement qualifier de négative ? Je n'ai pas la réponse mais leur avenir est sombre à moins qu'ils ne trouvent d'autres biais...
    Et je ne parle pas de l'édition numérique (je vous conseille d'écouter les deux podcast de l'Agence Tous Geeks sur les ebooks, c'est fascinant).

    RépondreSupprimer
  2. Je connais un petit libraire et j'aime aller chez lui pour l'ambiance qui se dégage de sa boutique, mais j'avoue avoir aussi commandé des livres sur internet. Je pense que la librairie "vivante" peut cohabiter avec la librairie virtuelle. Babelio peut être un point de départ qui vous amène à pousser la porte de votre petit libraire préféré et à entamer la discussion autour d'un livre. Et inversement votre libraire a pu vous conseiller un super bouquin et vous partagez ça avec les internautes sur un site de critique ou un blog.

    RépondreSupprimer

Un avis ? Une remarque ? N'hésitez pas. :)